2015-02-28

Thomas ou les jours sanglants p.9

Des glaneurs ont été signalés sur l'Ailette, Enguerrand de Coucy et ses hommes leur donne la chasse...


Au XIe siècle les cottes de maille qui recouvraient déjà le torse des guerriers francs s'allongent pour couvrir le corps des guerriers de pieds en cap.
Le casque d'acier, ou haubert, est simple, il comporte souvent un nasal (plaque recouvrant le nez). Un masque en cotte de maille le complète parfois.
Le bouclier rond caractéristiques des carolingiens, dynastie régnante de 751 (quand Pépin le Bref dépose Childéric III après l'avoir tondu, à 987, année où Hugues Capet manœuvre pour être élu roi des Francs contre le prétendant dynastique légitime, Charles de Basse-Lotharingie, dernier héritier carolingien, marquant ainsi le début de "l'usurpation capétienne" comme l'appelle gentiment les chroniques laonnoises) cède la place à l'écu (ou "bouclier normand"), grand bouclier en forme de larme que l'on tient pointe en bas.
Pour permettre l'identification des guerriers désormais masqués et impossibles à identifier dans la mêlée, l'écu est peint d'un symbole et de couleurs vives pour être reconnaissable aisément.
Ces couleurs sont parfois reprises en bannière mais ne sont pas encore obligatoirement héréditaires.
C'est le début de l'héraldique.
Un des premiers écus signalés pour les seigneurs de Coucy porte un lion. En 1078, Coucy n'a pas encore de devise, mais un cri de guerre, ou cri d'armes: "À moi Coucy!". 

2015-02-27

Thomas ou les jours sanglants p.8

Enguerrand Ier de Coucy reçoit de fâcheuses nouvelles des bords de l'Ailette...

Au XIe siècle l'Ailette (petite rivière qui coule entre Laon et Soissons) est une frontière pour les pouvoirs spirituels et temporels locaux. Elle marque la limite entre les territoires de l'évêché de Laon et de Soissons. Elle marque également la limite des terres des sires de Coucy avec les terres de l'abbaye de Nogent-sous-Coucy.

La seigneurie des sires de Coucy, dégagé inopinément des territoires octroyées par Clovis à l'évêché de Reims (après le baptême de Clovis, intervenu vers 498) dans des conditions mystérieuses au début du XIe siècle est bordée:
 Au Nord, par le comté du Vermandois (dont les Coucy seront un temps vassaux), 
 Au Sud par le riche et ancien évêché de Soissons, et, dans son dos, le puissant comté du Valois. 
 À l'Ouest, par la seigneurie ecclésiastique de Noyon, 
 Et à l'Est, par la seigneurie ecclésiastique de Laon et par les terres du petit comté de Roussy et apr les terres de l'immense comté de Champagne (terres des vassaux des comtes de Champagne: Rumigny et Château-Porcien). 

Théoriquement vassal des comte de Vermandois, la seigneurie de Coucy est au XIe siècle dans les faits quasi-indépendantes, et c'est au roi directement que les seigneurs de Coucy font valoir leurs droits si besoin. 

Mais ces limites sont flous, les droits mouvants et souvent mal reconnus par les uns et par les autres. Les sires de Coucy n'auront donc de cesse de faire respecter leurs droits précaire par la force.

2015-02-22

Thomas ou les jours sanglants p.5

De sa mère, Thomas reçoit une série de fiefs...

Si vous avez des infos sur La Fère (Aisne) au XIe siècle je prends...